mer. Nov 30th, 2022

Le ministre délégué au Logement souhaite étendre aux meublés touristiques la loi interdisant la location des biens les plus énergivores.

« Il est hors de question que les propriétaires de ‘passoires thermiques’ se réfugient » sur Airbnb. Le ministre délégué au Logement, Olivier Klein, a annoncé mardi 25 octobre, qu’il souhaitait empêcher les propriétaires des logements les plus énergivores, qui seront progressivement interdits à la location classique à partir de janvier 2023, de les louer sur Airbnb.

En vertu de la loi Climat et résilience de 2021, les biens notés F et G en diagnostic de performance énergétique (DPE) ne pourront plus être loués à compter de l’année prochaine. Cette interdiction ne devait toutefois pas s’appliquer aux biens destinés à la location touristique. « Il faut qu’on travaille pour que ce soit les mêmes règles », a déclaré Olivier Klein sur BFM Business. Le gouvernement « se donnera les moyens pour mettre les garde-fous nécessaires », a-t-il ajouté.

Un décalage critiqué par les professionnels de l’immobilier

Ce décalage était dénoncé par les professionnels de l’immobilier, qui craignaient de voir des propriétaires transformer leurs logements en locations touristiques de courte durée dans un contexte où les biens à louer se font de plus en plus rares. « Depuis des mois, nous alertons sur ce scandale (…) Message entendu par le ministre. Tant mieux ! » a réagi le maire adjoint de Paris en charge du logement, Ian Brossat, sur Twitter.

Depuis des mois, nous alertons sur ce scandale : les passoires thermiques seront interdites à la location classique… mais autorisées à la location sur Airbnb !

Au risque que ces logements basculent vers la location touristique.

Selon un sondage auprès de professionnels, commandé en septembre par la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), 6% des propriétaires de passoires thermiques envisageaient ainsi cette solution. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *