mer. Nov 30th, 2022

L’utilisation d’un scanner laser aérotransporté a permis de mettre en lumière une série de plateformes, gigantesques, de plusieurs centaines d’hectares, avec tout un réseau d’infrastructures équivalentes à celles de villes européennes médiévales.

De grandes villes en pleine forêt amazonienne bolivienne : grâce à une technologie de pointe, des archéologues viennent de révéler l’existence de colonies très peuplées au cœur de l’Amazonie il y a plusieurs siècles. Ils ont publié leur découverte dans la revue Nature. Si cette civilisation des Casarabes était déjà connue, cette découverte contrecarre les thèses qui, jusqu’ici, évoquaient de petites sociétés nomades.

La technologie utilisée est la méthode Lidar (Light detection and ranging) : un scanner laser, aérotransporté, cartographie le relief de la zone survolée. Comme la forêt amazonienne est très dense, avec beaucoup de végétation, le travail des archéologues est difficile, autant pour accéder aux sites que pour en avoir une vue d’ensemble. L’équipe d’archéologues a pu mettre en lumière une série de plateformes, gigantesques, de plusieurs centaines d’hectares avec tout un réseau de sentiers, de canaux d’irrigation, mais aussi des pyramides etc.

Jusqu’ici, les experts ont toujours pensé aux cultures amazoniennes comme étant des groupes plus ou moins nomades, avec peu de membres et qui ne construisaient pas d’infrastructures aussi imposantes comme celles que l’on devine aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *